Industrialisation

  Au moment où la vallée du Dorlay se lance dans les tresses, pour remplacer le moulinage périclitant, l'heure à St Chamond est au regroupement. A partir de 1882, les petits ateliers familiaux disparaissent, les patrons doivent se regrouper pour faire face aux lois impitoyables du marché, c'est ainsi que trois grandes sociétés se forment :

 

1898 - les Manufactures Réunies qui fédèrent 10 maisons et possèdent 20000 métiers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1899 - la Société Industrielle des Tresses et Lacets, la société Saint Chamonnaise de Tresses et Lacets.

 

1910 - Médaille d'or à Londres des Ets Gonin à St Paul en Jarez. En 1912, 4000 personnes travaillent dans les tresses, sans compter les industries annexes. St Chamond, avec la vallée du Dorlay, est à cette époque la capitale européenne de la Tresse et du Lacet.

 

  A partir des années 60, les changements de la mode (finis les charmants corsets lacés récalcitrants, finis les beaux corsages romantiques....) et la concurrence étrangère (déjà le Japon) mirent fin peu à peu à ces spécialités.

 

 

La Maison des tresses et lacets :

 

Notre petite vallée du Dorlay, longue de quelques kilomètres, abritait une quinzaine d'usines de Tressage entre Doizieux et la Grand Croix où la rivière se jette dans le Gier, au passé industriel lui aussi hors du commun - certaines usines comme celles où se trouve le Musée à la Terrasse sur Dorlay, ont employé jusqu'à 90 personnes avec un parc de 700 métiers.

 

  Ce site était occupé par la famille Camus, propriétaire des lieux et tresseurs réputés depuis l'après-guerre. Le personnel, essentiellement féminin, venait des campagnes environnantes. Un petit train à vapeur légendaire, appelé « la galoche » serpentait le long de la rivière pour acheminer les ouvrières jusque sur les lieux de travail où souvent elles passaient la semaine. A la demande du tresseur, l'usine Camus bénéficiait d'un "arrêt sauvage" auquel les ouvrières descendaient..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  A coté des grands ateliers il y avait le travail à façon chez les paysans : des ouvrages étaient confiés pour des travaux d'assemblage, de finition (ferrage des lacets) et d'emballage. C'était pour eux un revenu d'appoint non négligeable en ce temps là.

 Quelques entreprises produisent encore de nos jours des articles de passementerie, des tresses élastiques ou encore des cordes.

 

  Une branche d'industrie, issue de la fabrication des lacets existe toujours dans la vallée du Gier : c'est la fabrication des tresses métalliques avec ses multiples applications industrielles : gaines et câbles par exemple.

 

 

                                                                                             

                                                                                             

Archive : Maison des tresses et lacets, don de la famille Camus.

Ouverture du 1er mars au 30 novembre 

du mercredi au dimanche                                     Retrouvez-nous sur      

14h - 18h.                                                 les réseaux sociaux                      

Visites guidées uniquement, départs à :

- 14h30

- 16h

Le Moulin Pinte

42740 La Terrasse-sur-Dorlay

maisontresseslacets@orange.fr

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon